LE RÉSEAU IN-TERRE-ACTIF

Un outil d'éducation et d'engagement pour de jeunes citoyens solidaires

CMOF : Présentation du projet « Change le monde, une œuvre à la fois »

primaire 2e cycle 3e cycle   secondaire 1e cycle 2e cycle

 


Résumé du projet

Change le monde, une œuvre à la fois est à la fois un événement éducatif, artistique et culturel initié par le Réseau In-Terre-Actif, secteur jeunesse du Comité de Solidarité/Trois-Rivières (www.in-terre-actif.com). Il consiste, d'une part, en un travail de création et d'accompagnement pédagogique et artistique pendant plusieurs semaines, voire quelques mois dans certains cas, auprès de groupes en arts plastiques et dramatiques au secondaire ainsi qu’auprès de groupes communautaires et, d'autre part, en une exposition muséale d'œuvres médiatiques réalisées par les participants à laquelle se greffe un vernissage où sont présents: participants, enseignants, intervenants, parents, amis, médias, grand public.

Dans le cadre de ce projet, les participants sont invités à réfléchir et à créer en atelier des œuvres médiatiques portant sur des enjeux sociaux, environnementaux ou mondiaux qui les touchent et sur lesquels ils veulent s'exprimer. Tout au long du processus créatif, ils sont accompagnés par un membre du Réseau In-Terre-Actif ainsi que par l'artiste professionnel trifluvien d'origine colombienne Javier Escamilla.

 

 

Cet accompagnement permet d'enrichir la réflexion/création des participants sur les enjeux choisis et de faire des liens avec l’importance de la solidarité locale et internationale. Elle permet également de dynamiser et de valoriser le travail des créateurs mais aussi celui des enseignants en arts et des intervenants communautaires. Le processus créatif devient ainsi lieu d’échanges, de complicité, de sensibilisation, de sens et s'ancre dans la réalité de la vie des participants.

L’idée de « marier » la culture et les préoccupations des participants à un projet d’art engagé dans un contexte d’éducation citoyenne est née à partir de l’expérience-terrain de l’équipe du Réseau In-Terre-Actif. C’est également en tentant de répondre aux  questions suivantes que le projet a pris forme :   Que pensent les jeunes de notre monde actuel?, Quels rêves portent-ils pour demain? Qu’ont-ils le goût de changer?, Comment  donner davantage  la parole aux jeunes dans des espaces publics? Comment démontrer aux adultes une image positive des jeunes et de leur culture?  Comment responsabiliser les jeunes aux défis du monde actuel et à l’importance de la solidarité internationale? Comment lier l’art et la culture des jeunes dans un contexte éducatif de participation citoyenne?

 


Caractère distinctif, original et innovateur du projet

Le projet Change le monde, une œuvre à la fois se distingue du fait qu’il permet aux participants, via l’art, de prendre la parole et d’exposer les rêves qu’ils portent pour le monde dans des espaces publics. Le thème du projet leur donne aussi la chance de prendre conscience du pouvoir de l’art pour sensibiliser le public, pour dénoncer les injustices, pour proposer une vision de la société, pour exprimer un point de vue sur le monde, pour valoriser la solidarité internationale.

Le projet s’inscrit, lorsque réalisé dans un contexte scolaire, en étroite relation avec les compétences disciplinaires du curriculum dans le domaine des arts en ce sens qu’il permet aux élèves de créer des images médiatiques impliquant la matérialisation d’un message précis exprimant une intention bien cernée. Pour ce faire, les participants sont d’abord sensibilisés à des enjeux locaux et internationaux et amenés à réfléchir sur les rêves qu’ils ont pour le monde. Par la suite, ils font une recherche personnelle afin d’approfondir  leurs connaissances de l’enjeu sur lequel ils choisissent de travailler et afin de cerner le message qu’ils veulent véhiculer par leur œuvre. Ils inventorient des idées et ébauchent des croquis avant de préciser leur intention dans un plan de création médiatique. Ils sont accompagnés tout au long du processus qui s’échelonne, selon les milieux, entre les mois de septembre et avril, par leur enseignant (ou un intervenant communautaire), un membre de l’équipe du Réseau In-Terre-Actif et l'artiste Javier Escamilla. Ces derniers motivent les participants, questionnent leurs intentions médiatiques, prodiguent conseils techniques, poussent ceux-ci à se dépasser afin d’assurer la qualité de leur projet artistique et l’impact sur les destinataires du message véhiculé.

 

 

Pour le volet exposition muséale et vernissage du projet qui se déroule au Musée Pop à Trois-Rivières, une sélection des meilleurs travaux est réalisée. Les créateurs  proposent des idées d’installation de leur œuvre, élaborent une fiche signalétique de leur projet, préparent leur intervention face au public.  Une évaluation de l’appréciation globale et des acquis à la fin du projet est réalisée avec les participants et leurs intervenants ainsi que les différents partenaires (artiste collaborateur,  espaces muséaux, organismes communautaires, etc.).

De plus, le processus d’accompagnement pédagogique et artistique en atelier, effectué par l’équipe du Réseau In-Terre-Actif et l'artiste et médiateur culturel Javier Escamilla, s’échelonne sur plusieurs semaines, voire quelques mois. Cet aspect distinctif contribue à la motivation des participants, à la qualité de la réflexion, de la sensibilisation et de la production artistique et s’avère très apprécié par les enseignants et les intervenants communautaires. Rappelons que ceux-ci ont rarement la chance et les budgets disponibles pour bénéficier de tels services d’accompagnement-terrain sur une longue période. 

Enfin, l’utilisation des réseaux-sociaux pour promouvoir, en amont de l’exposition auprès des participants et du grand public, les différentes étapes du processus créatif dans les milieux participants, est originale et s’avère un vecteur de revalorisation des arts et de sensibilisation du public.

 


L’impact réel du projet sur le participant et sur la communauté

Dans le cadre de ce projet, les participants réfléchissent sur le monde dans lequel ils vivent, sont sensibilisés à différents enjeux sociaux, s’expriment par la création d’une œuvre médiatique, développent leur créativité, leur fierté et leur estime d’eux-mêmes, exposent le fruit de leur travail créatif dans un musée de renommée provinciale, prennent la parole en public sur les rêves qui les habitent et apprécient les œuvres médiatiques de leurs pairs. Ils s’impliquent activement dans le projet tant au niveau de la réflexion, de la confection d’un plan de création, de l’élaboration d’une fiche signalétique qui résume leur projet qu’au niveau de la création d’une œuvre médiatique elle-même. En outre, une partie des participants se déplacent, dans le cadre d’un du vernissage de l’exposition. À ce moment, ils doivent s’investir dans des prises de paroles et une appréciation des œuvres exposées. D’autres personnes sortent enrichis par une visite-guidée de l’exposition avec leur enseignant, leur intervenant communautaire ou même avec leur famille.

Par Change le monde, une œuvre à la fois, plusieurs participants prennent conscience du pouvoir de l’art pour transformer la société. Ils ressortent donc de ce projet avec moins de fatalisme et plus d’espoir face à la possibilité de changer les choses. De son côté, le grand public de la région est sensibilisé à différentes réalités sociales, se forge une image positive des créateurs et s’enrichit du talent ainsi que de la créativité de ceux-ci.  Ces impacts font en sorte de démocratiser la culture.

 


L’aspect mobilisateur et le rayonnement du projet

Le projet mobilise une panoplie de partenaires du milieu tels que des enseignants en arts, d’autres intervenants scolaires et communautaires ou membres du personnel des milieux participants, un artiste professionnel collaborateur, le responsable des expositions et de l’éducation ainsi que  des techniciens du Musée Pop de Trois-Rivières, des parents et des membres de la famille des personnes impliquées, des citoyens bénévoles, le grand public (qui doit voter pour l’œuvre coup de cœur), les médias, des institutions et des entreprises qui commanditent des prix de participation ou qui exposent des œuvres dans leur commerce. 

Change le monde, une oeuvre à la fois rayonne par la diffusion d’affiches promotionnelles dans les milieux participants et dans la communauté, par l’exposition des œuvres dans certains milieux avant ou après le projet, par les réseaux sociaux, par des communiqués de presse, par un vernissage de l’exposition, par des communiqués de presse, par de la promotion dans les médias (radios, journaux, télévisions, revues), par l’organisation de visites-guidées. En outre, la mise à jour et la diffusion d’une page Facebook en amont de l’exposition afin de montrer les étapes du processus créatifs et  de promouvoir le projet auprès des participants, des intervenants  et le grand public permet d’attirer des nouveaux publics. Enfin, l’exposition attire des milliers de personnes pour apprécier les recherches-créations des jeunes participants et pour se sensibiliser à l’importance de s’engager ici comme ailleurs pour changer le monde!

 

 

Richard Grenier, coordonnateur du projet

                  richard.grenier@cs3r.org   819-373-2598 poste 313

                                                                                                                      

Javier Escamilla, artiste accompagnateur

javieres65@hotmail.com      819-699-4624