LE RÉSEAU IN-TERRE-ACTIF

Un outil d'éducation et d'engagement pour de jeunes citoyens solidaires

Article : Comment réaliser son compost

primaire 2e cycle 3e cycle   secondaire 1e cycle 2e cycle
  1. Comment réaliser son propre compost?
  2. Quelques conseils pratiques
  3. Des questions que l’on se pose sur le compost
  4. Différents types de composteurs

Comment réaliser son propre compost?

En connaissant les principes de base, toute personne est en mesure de réaliser son propre compost à la maison. Il suffit de suivre les étapes suivantes :

   1.  Procurez-vous un contenant à résidus que vous déposerez sur le comptoir de la cuisine ou sous l’évier.

   2.  Une fois que vous aurez fait l’acquisition d’un composteur adapté à vos besoins, trouvez un endroit ensoleillé et bien drainé où vous installerez le composteur choisi.

   3.  À l’aide d’une pelle, retournez la terre et placez-y le composteur.

   4.  Couvrez le fond du composteur d'un rang de 5 ou 6 cm d’épaisseur de petites branches sèches.

   5. Déposez ensuite, sur ce nid de branches, une couche de feuilles mortes ou de terre. Ceci permettra à l'air de circuler et améliorera le drainage.

   6. Superposez deux parties de matières riches en carbone (matières brunes ou sèches) pour une partie de matières riches en azote (matières vertes ou humides).

   7. Aérez le tas de compost avec une pelle ou une fourche à jardin une fois par semaine.

   8. Une fois que le compost a atteint sa maturité, c’est-à-dire lorsqu’il est de couleur foncée et que sa texture ressemble à de la terre, vous pouvez l’utiliser pour fertiliser jardins, arbres fruitiers et plates-bandes. Le compost entre aussi dans la composition des terreux pour les plantes d’intérieur et les semis.

N.B : Le processus du compostage peut prendre de 2 à 24 mois selon les résidus utilisés et l’effort fourni. Pour un processus plus rapide, déchiquetez ou coupez les résidus en petits morceaux. Différents types de composteurs

Savais-vous que ? : Chez les Québécois, les matières à composter remplissent 50 840 camions annuellement.

Quelques conseils pratiques

1- Mélanger les catégories de matières : Assurez-vous de retrouver l’équilibre suivant dans votre composteur : deux parties de matières brunes pour une partie de matières vertes. Prenez note que le compostage est plus efficace lorsque les morceaux de matière organique sont de petite taille.

2- Vérifier l’humidité : Votre compost doit toujours être humide et son humidité doit être comparable à celle d'une éponge essorée. Un manque d’humidité entraîne la mort des micro-organismes. Si le tas est sec, il faut donc ajouter de l’eau et bien mélanger. Par contre, trop d’humidité entraîne une mauvaise odeur; il faut alors ajouter de la matière brune.

3- Aérer votre compost en le brassant : L’oxygène joue un rôle primordial dans le processus du compostage. Le manque d’air et un excès de matières vertes dans le tas entraînent des odeurs désagréables.

4- Prévoir des réserves de feuilles mortes et de gazon coupé : Afin d’avoir un compost équilibré, il est important d’avoir accès toute l'année à des matières brunes, riches en carbone, et des matières vertes, riches en azote.

Des questions que l’on se pose sur le compost

Quel est le meilleur emplacement pour un composteur résidentiel?

Le composteur devrait être placé dans un endroit bien drainé, facile d'accès et où il profitera du plus grand ensoleillement possible, car la chaleur du soleil accélère l'activité microbiologique. Si le composteur est installé à l'ombre, l'activité microbiologique ralentira et le processus de compostage exigera plus de temps.

Les mauvaises odeurs?

En procédant de la bonne façon, le compost ne devrait pas générer d’odeurs désagréables. Toutefois, s’il est mal aéré, il laissera échapper une odeur d’œuf pourri. Il suffit donc d’aérer votre compost en le brassant. Un tas trop humide ou riche en azote dégagera une odeur d’ammoniac. Il suffit alors d’y ajouter des matières riches en carbone, telles que des feuilles mortes.

Peut-on composter en hiver?

Oui. Vous pouvez composter toute l'année. La chute des températures ralentit l'activité microbiologique, mais celle-ci reprend de plus belle dès le retour du beau temps.

Différents types de composteurs

Voici quelques types de composteurs domestiques que vous pouvez retrouver dans les centres de jardins ou les quincailleries de votre région.

N.B Avant de vous procurer un composteur, n’oubliez pas d’évaluer vos besoins ainsi que d’identifier l’emplacement disponible afin de choisir le type de contenant qui vous convient.

Le composteur en plastique ou en bois : Vous pouvez le fabriquer à partir de divers matériaux tels que du cèdre, du treillis métallique, des briques ou même à partir d’une poubelle dans laquelle vous aurez fait des trous d’aération. Ce format sans fond est idéal pour ceux qui ont accès à un petit emplacement à l’extérieur. Notez qu’il faut mettre le composteur directement sur la terre légèrement retournée et non pas sur le balcon ou le gazon.

Composteur rotatif pour balcon : Parfait pour ceux qui sont en appartement, ce composteur possède un fond et peut être installé sur un balcon protégé par un toit.

Vermicomposteur (ou lombricomposteur) : Le vermicompostage permet de faire du compost intérieur, une bonne solution si vous n’avez pas d’espace ou d’accès à un coin de terrain à l’extérieur. Pour ce faire, vous aurez besoin d’un contenant fermé dans lequel on retrouve de la terre et des lombrics qui mangeront les résidus alimentaires et les transformeront en compost. Toutefois, ce procédé permet de composter seulement une petite quantité de déchets de table à la fois.

Composteur communautaire : Renseignez-vous auprès de votre municipalité sur l’existence de projets de compostage communautaires où vous pourriez aller déposer vos matières organiques.


Pour aller plus loin

Guide complet sur le compostage du Réseau In-Terre-Actif

Quoi mettre dans son compost

Liens d'intérêt

Guide sur le compostage domestique de Recyc-Québec : Le compostage facilité

Conseil canadien du compostage

Page actualisée en janvier 2010